ACCUEIL

CATALOGUE
SÉRIE QR
POLYGRAPHE
PORC-ÉPIC
ÉCHO
NOVA
OVNI
ERRES ESSAIS
PHACOCHÈRES
LA TABLE DES MATIÈRES

AUTEURS

ACHAT EN LIGNE

LE QUARTANIER
MANUSCRITS

OVNI MAGAZINE

BLOGUE QR






+









Nathalie
STEVE SAVAGE

+

Série QR, poésie, octobre 2014, 72 p. — format : 13 × 19,7 cm
15,95 $ / 14 € — ISBN 978-2-896981-88-5



EXTRAIT EN PDF



Nathalie appartient à un genre séculaire qui montre jusqu’où on peut aller trop loin. J’appelle ce genre onomagraphie. «L’histoire d’un nom, pas la vie d’une personne.» Eaton, Sombrelieu, Allatius, Laërce et bien d’autres, et des plus anciens, s’y sont essayés, racontant l’histoire des Georges, des Jules ou des Jacques. J’ai toujours voulu écrire l’histoire de Steve Savage, le nom nombreux, le vrai nom qui sonne faux, qui est faux, qui sert au lutteur professionnel, au héros de BD, à l’acteur porno. Je trouve sur Internet de quoi me faire une maigre épopée. Avec Nathalie, je trouve mieux. Alors que des Steve Savage, il n’y en a que quelques centaines, les Nathalie, on les compte par milliers. De quoi faire un livre. Grâce à Google, j’ai ainsi compilé des pages et des pages de résultats de recherches. Or Google – ce n’est pas moi qui le dis, c’est le sociologue Gérald Bronner – trace un sillon narratif mythologique. C’est dire qu’il nous raconte des histoires. Toutes les histoires. Nathalie, ma Bovary, c’est moi. Mais c’est toi aussi. Nathalie, c’est ce qui arrive quand un nom propre est un nom commun.